Agriculture numérique: le partage des données entre les plateformes, une nécessité pour tous les acteurs

Agriculture numérique: le partage des données entre les plateformes, une nécessité pour tous les acteurs

Dans moins d’une semaine, le Salon International du Machinisme Agricole 2019 ouvrira ses portes au parc des expositions de Villepinte-Nord (Paris). Du 24 au 28 Février 2019, ce salon accueillera des milliers de visiteurs venus des quatre coins de l’Europe. Ils viendront découvrir des innovations dans le domaine du machinisme et des équipements, mais aussi des solutions numériques de suivi des parcelles, engins et bâtiments. En effet, depuis quelques années, la part des innovations liées aux outils numériques pour l’agriculture n’a cessé de croître sur des salons comme celui-ci.

Pour sa première participation à cette manifestation, la société COPEEKS a fait le choix de s’associer à la société SENCROP, un acteur majeur du marché français des stations météos connectées en productions végétales.

Ce choix de partenariat est le fruit d’une réflexion engagée entre les deux sociétés faisant suite aux demandes de leurs clients respectifs, qui utilisent pour certains les stations SENCROP et les boîtiers COPEEKS sur leurs sites de production.

Des solutions complémentaires

Les stations météo SENCROP permettent une collecte directe d’indicateurs météorologiques depuis les parcelles de productions. L’ensemble de ces stations météo forme un réseau collaboratif qui offre un maillage de plus en plus précis des territoires et permet une observation fine des variations météorologiques.

Les boitiers PEEK & SENSE permettent quant à eux de suivre à distance les parcelles, pièges à ravageurs et les bâtiments d’élevages. Ils couplent des indicateurs de contexte sol/air, mesurés au niveau des végétaux, avec des images et vidéos en HD, analysées de façon automatique par des technologies de Deep Learning.

Dans un contexte d’agriculture de précision, il devient primordial d’associer les informations donnant une vue d’ensemble de la situation avec des données précises de suivi. L’agriculteur a ainsi à sa disposition des indicateurs solides et pertinents qui l’aident dans ses choix d’interventions, au quotidien comme dans sa vision à long terme.

Des gains à toutes les étapes de la culture

Les stations météo sont des équipements déployés toute l’année pour suivre les évolutions d’indicateurs météo afin de guider les travaux (semis, traitements, récoltes, …) tandis que les boîtiers PEEK sont déployés au moment des semis et retirés quelques jours avant la récolte.

Des semis jusqu’à la récolte, les informations liées à la météo sont valorisées pour prévoir les créneaux les plus favorables pour l’implantation de la culture ou l’application de produits phytosanitaires et aident à fixer la date de récolte.

Les données et images fournies par le boîtier PEEK servent à suivre les phases de levée, l’impact des intempéries ou l’apparition des premières adventices. Les images sont une source de connaissance conséquente car elles permettent de confirmer quotidiennement les évolutions attendues sur la parcelle tout en limitant les déplacements.

L’analyse automatisée des données collectées permet de détecter le delta de croissance des végétaux, la présence d’adventices connues ou encore la présence de ravageurs sur la parcelle. Ces informations peuvent être couplées à des mesures complémentaires sol/air qui ne sont pas disponibles via la station météo.

Le retour sur investissement peut être très rapide, tant sur la réduction des déplacements pour les vastes exploitations, que sur la réduction de l’usage d’insecticides avec le module piège connecté. Les boîtiers permettent également la détection proactive de symptômes de maladies ou encore la présence des premiers boutons floraux et l’évaluation de leur densité.

Des APIs bien structurées

La démocratisation des plateformes en mode SaaS hébergées dans le cloud a vu naître la généralisation des APIs. Les APIs sont les interfaces qui permettent à des systèmes informatiques d’interagir et de communiquer entre eux de façon standardisée. Avec la généralisation des APIs les coûts de développements nécessaires pour adapter une solution et la rendre compatible avec une autre sont donc considérablement réduits.

Il devient alors aisé pour une plateforme de récupérer les informations produites par une autre de façon continue, et d’offrir à ses utilisateurs des contenus mixtes et croisés depuis différentes sources. 

L’utilisation de ces systèmes va généralement de pair avec un fonctionnement en module. En effet, pour des raisons de sécurité et de confidentialité, c’est l’utilisateur qui choisit au cas par cas d’autoriser le partage de ses données avec une plateforme tierce. Cette précaution de sécurité s’adapte parfaitement à la confidentialité requise dans un secteur très concurrentiel comme l’agriculture

Une coopération dans l’intérêt de tous

Les premiers bénéficiaires d’une coopération entre SENCROP et COPEEKS sont leurs clients car ils peuvent retrouver l’intégralité des informations dont ils ont besoin pour optimiser la gestion de leurs exploitations sur une plateforme unique et sont libres de choisir la plateforme qui leur convient en fonction des services qu’ils souhaitent y trouver.

D’une manière plus générale, l’agriculture de précision a tout à gagner à favoriser la collaboration des acteurs tout au long de la chaîne et au partage des données. Cette collaboration permet en effet d’améliorer la qualité des outils, la précision des conseils et la fiabilité des modèles de prédiction. Ainsi, l’agriculteur est de mieux en mieux informé et peut prendre les meilleures décisions possible pour le développement de son exploitation.

Fermer le menu